Intrduction l’acceptation de la différence. Il est donc

Intrduction

La rencontre des peuples est une
caractéristique majeure de l’histoire de l’humanité. Cet état
de fait se laisse lire et découvrir pour peu que l’on prenne le
temps de scruter ce qui fait l’ossature et la dynamique de chaque
peuple par-delà les crises identitaires: la formation de l’identité
et l’acceptation de la différence. Il est donc d’observation
constante que ce qui innerve la vie est la conjugaison par
composition et non par opposition. Si ce constat se pose comme
vérité, le sentiment identitaire resurgit souvent face au
développement et aux tournures de l’histoire. Cela nous conduit à
explorer la question de l’immigration en France qui, bien loin d’être
récente, s’y pose cependant aujourd’hui avec acuité.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

La France a appris à connaitre
et à côtoyer d’autres peuples si bien que l’étranger au 21ème
siècle n’est pas vraiment étranger pour les Français, comparé à
d’autres peuples européens qui n’ont pas connu les mêmes réalités.
Néanmoins des problèmes de cohabitation demeurent entre les
Français et les autres groupes d’appartenance c’est à dire les
populations installées et vivant en France. Sachant que la diversité
comporte généralement des problèmes d’incompréhension et
d’acceptation de l’autre il serait intéressant de voir son côté
positif en reconnaissant en elle une richesse. Toujours est-il que
dans une société multiculturelle pour mieux cohabiter il est
important de comprendre l’autre, sa culture, ses traditions, ses us
et coutumes, en somme il faut une connaissance réciproque et une
acceptation mutuelle de tous les acteurs de la vie en société.
Cependant accepter l’autre signifie perdre quelque chose de soi, se
transcender pour mieux appréhender le différent. Et tant que ces
efforts ne sont pas partagés, une partie se sentira lésée. Il en
est ainsi pour la vie des immigrés en France,qui la plupart du temps
sont considérés comme des subalternes par certains Français. Au
départ après la première phase des immigrés de la traite négrière
et du commerce triangulaire, c’est au tour des immigrés provenant
des pays colonisés de s’installer en France pour chercher du travail
. Ce qui donne naissance au terme d’immigrés économiques pour les
distinguer des immigrés politiques qui fuient la guerre dans leurs
pays respectifs pour chercher asile en France. Et plus tard la France
est devenue un carrefour de plusieurs races et nationalités au point
que les Français autochtones ont vu leur nombre se réduire
progressivement.
La
seconde génération en France, malgré la nationalité française
acquise par la majorité d’entre eux, demeure solidement attachée à
ses racines bien que les connaissant souvent à travers les faits et
dires de leurs devanciers. Beaucoup sont hybrides, ni français ni
authentiques de leurs pays d’origine, même si la plupart du temps
ils cherchent à se distinguer en s’attribuant certains noms ou
sigles pour marquer leur différence d’avec les Français
autochtones. Les dernières décennies ont
vu ces couches sociales etiquettés à cause du terrorisme
et de ses conséquences; pourtant la population française reste et
demeurera hétérogène. L’évolution et la détérioration d’un
tel climat nous conduisent à un questionnement: quelle identité
pour les jeunes immigrés en France au regard de la crise identitaire
qu’ils traversent ? Quel avenir pour eux? Quels enjeux et
perspectives pour la France et les immigrés, si de part et d’autre
il faut réaliser l’identité et la non-identité, ou encore
comment donner jour à l’« etre soi-même » cest à dire un
Français différent de par la couleur de sa peau mais répondant à
tous les critères d’un citoyen Français ordinairequi doit etre
reconnu comme tel? Autant de questions qui troublent les esprits et
demandent des réponses.

QUI
SONT LES JEUNES DE LA SECONDE GÉNÉRATION EN FRANCE?

”L’étrangeté
de l’immigaration, c’est l’étrangeté dans l’histoire, c’est à dire
la part étrangère dans l’histoire de la France”. Nabil Farès,
Esprit, 1985.
Définition
de l’immigration et de l’immigré
Dans
le Larousse l’immigration est définie comme ”l’installation
dans un pays, d’un individu ou d’un groupe d’individus originaires
d’un autre pays.

Et
t l’immigré est celui qui a quitté son pays d’origine pour
s’installer dans un autre pays.
L’immigration
est souvent definie à la fois comme un mouvement et le

résultat
de ce mouvement. Pour lui l’immigré est celui qui est venu de
1’étranger,
autrement
dit c’est celui que l’on croit reconnaitre de par sa nationalité,
son statut social, son apparence et la couleur de sa peau..
Il
poursuit sa réflexion en ajoutant que le terme immigré désigne
certaines populations
d’origine
étrangère, expatriées dans le souci de rechercher un emploi, des
moyens de
subsistance
pour eux memes et pour leurs familles.

Les
immigrés c’est aussi la descendance de ces migrants, ces jeunes pour
la plupart nés en France ou arrivés en France à bas age et qui
sont déjà citoyens d’un autre pays étranger généralement leur
pays d’origine. Ces jeunes, meme après avoir acquis la nationalité
française ont du mal à se faire reconnaitre par les Français comme
tels du au rejet de l’idée d’avoir en commun avec eux la meme
identité sociale ,ce qui les amènent à les désigner comme
“seconde génération d’immigrés ” pour les distinguer de
leurs pères installés en France depuis la période post-coloniale.
Notons que ces jeunes effectivement se démarquent considérablement
de
leurs
parents, car nés en France c’est à dire dans un autre
environnement, une autre société, une autre culture et enfin animés
de projets complètement différents de ceux de leurs pères et aussi
de leurs idéaux.
Immigrés
ou étrangers? quel est le terme approprié pour désigner les
immigrés?

Malgré
la confusion entre ces deux termes, ils s’adressent à deux realités
distinctes: le
premier
fait référence au mouvement d’un pays d’origine à un pays
d’acceuil, le
second
se réfère à la nationalité. Tout étranger n’est pas forcément
un immigré et tout immigré n’est pas forcément un étranger d’où
l’étrangeté de ces deux deux termes.
Beaucoup
d’étrangers nées en France préfèrent garder leur nationalité
d’origine et bon
nombre
d’immigrés deviennent citoyens Francais après leur installation sur
le sol français..